Lumière sur le WDR

03 Nov 2020

Uri Guterman, Directeur des produits et du marketing de Hanwha Techwin Europe, nous explique en quoi les récentes avancées de la technologie Wide Dynamic Range contribuent de manière significative à l’efficacité des systèmes de vidéo sécurité.


La superbe qualité des images filmées par les dernières générations de caméras HD sur réseau IP est à peine croyable. Elle dépasse de loin ce qu’on aurait pu s’imaginer il y a quelques années.

Mais la qualité de ces films peut être grandement affectée par les conditions de luminosité variables pouvant exister dans le champ de vision d’une caméra. Certaines parties de la vidéo peuvent être très claires, d’autres au contraire très foncées. Un scénario très fréquent dans les zones de réception, les bureaux ou les façades de boutiques. Les rayons de soleil passant à travers les fenêtres sont beaucoup plus lumineux que l’éclairage intérieur. La portée de cette différence de niveau d’éclairage est ce que l’on appelle la plage dynamique.

Plus cette plage est élevée, plus il est difficile pour une caméra de capturer une vidéo permettant de voir clairement aussi bien l’intérieur d’un bâtiment que les personnes qui y entrent. Sans WDR, une vidéo de zones trop ou pas assez exposées pourrait donner l’impression que l’étage d’un grand magasin est dans le noir ou au contraire, la vue d’une entrée pourrait être trop claire pour permettre de capturer des vidéos utilisables des personnes la franchissant.

Voilà pourquoi aujourd’hui la technologie Wide Dynamic Range (WDR) apparait sur la quasi-totalité des caméras de vidéo sécurité professionnelles.  Le but du WDR est d’équilibrer les différences d’éclairage, selon des moyens différents en fonction des fabricants. La première méthode consiste à prendre des échantillons des pixels formant l’image puis d’utiliser des algorithmes mathématiques pour « calculer » quelles devraient être les couleurs sur toutes les zones de l’image.

La seconde méthode, plus précise, consiste à capturer rapidement plusieurs versions de la même image en utilisant une exposition différente. La quasi-totalité des caméras intégrant le WDR capture une image sous-exposée et une image surexposée de la même scène et les traite de sorte à générer une image optimisée.

Une forme plus avancée de WDR, intégrée dans les caméras 2 mégapixels Wisenet X, va encore plus loin. Elle utilise 4 images pour créer une vidéo plus naturelle, jusqu’à 150 dB et à 30 images par secondes. Elle intègre également une technologie novatrice supprimant l’effet de flou pouvant survenir lors de l’utilisation d’un système WDR. Des fonctionnalités rendues possibles par l’énorme puissance de calcul du processeur au cœur des modèles de caméras Wisenet X.

Wisenet7 WDR

WDR Wisenet7 

Le WDR a peut-être atteint son évolution ultime avec la sortie récente du processeur Wisenet7 d’Hanwha Techwin. Celui-ci est équipé de l’extremeWDR, la dernière technologie de WDR multi trames d’Hanwha Techwin. Il vous permet de tirer entièrement profit du contraste de l’image pour voir en détail des objets, même dans des conditions de contre-jour avancé. ExtremeWDR exploite plusieurs nouvelles technologies, dont Local Contrast Enhancement qui « étend » le contraste de n’importe quelle image en analysant les données des pixels environnants et Scene Analysis qui gère la plage dynamique et affine le ton général d’une image.

Le WDR n’est peut-être que l’une des très nombreuses fonctionnalités listées sur la fiche technique d’une caméra, mais sa contribution sur l’efficacité d’un système de vidéoprotection ne doit pas être sous-estimée. En effet, tous les WDR apporteront des avantages, mais si mais si vous avez l’intention de placer des caméras dans des conditions d’éclairage variables, il est crucial de regarder en détail les caractéristiques de chacun.  N’hésitez pas à demander une démonstration en cas de doute.

Vous avez des questions sur la technologie WDR ? Envoyez un e-mail à Uri Guterman à l’adresse [email protected]

This post is also available in: Anglais, Allemand, Italien, Tchèque